Victoires quotidiennes - Ligue Braille Victoires quotidiennes – Ligue Braille

Victoires quotidiennes

Enfants

« Je suis aveugle et cela pose parfois des problèmes. Mais grâce à la Ligue Braille, j’ai appris beaucoup de choses qui m’aident à être indépendante, comme attacher mes lacets ou préparer mes sandwiches. » (Merel – 11 ans)

Les bonnes habitudes se prennent tôt ! La Ligue Braille met en place différentes initiatives pour accompagner les enfants avec un handicap visuel vers l’âge adulte et l’autonomie. L’association met en place les points d’ancrage auxquels ils pourront se raccrocher toute leur vie.

Toute l’année, la Ligue Braille organise des activités, des excursions et des stages destinés aux enfants et aux jeunes aveugles ou malvoyants – parfois même accompagnés de leurs fratries. Tout concourt à leur faire découvrir le monde qui les entoure et à faire de nouvelles expériences en toute sécurité.
La Ligue Braille est également aux côtés de ces enfants pendant leur scolarité. Nos thérapeutes peuvent leur apprendre le braille, à prendre des notes sur un ordinateur, à manipuler des outils adaptés, à prendre le bus et maîtriser le code de la route…

Depuis le début de la pandémie, nos services se sont coupés en quatre afin de poursuivre les apprentissages en toute sécurité. C’est ainsi qu’en plein confinement, Merel a pu suivre des cours à distance pour apprendre à manipuler son iPhone et rester en lien avec ses amis. Une étape très importante vers son autonomie.

Nouvelles technologies

« Quand j’ai pris conscience de l’autonomie que j’allais pouvoir récupérer grâce aux nouvelles technologies, cela m’a véritablement remonté le moral. Je termine bientôt l’apprentissage du braille avec la Ligue Braille et j’ai hâte de passer à l’étape suivante : me servir d’une barrette braille et relancer ma carrière. » (Marina – 36 ans)

Désormais, il est impensable d’imaginer notre quotidien sans technologie. C’est d’ailleurs elle qui nous a réunis (du moins virtuellement) durant l’année écoulée. Les personnes aveugles et malvoyantes ont, elles aussi, recours aux nouvelles technologies, pour compenser – en partie – leur handicap. Or, apprendre à travailler avec un logiciel adapté, à se servir des outils informatiques ou la dactylographie, nécessite des efforts intenses pour les personnes avec un handicap visuel. C’est ainsi que les services de la Ligue Braille les guident dans le choix du matériel le plus adapté à leur déficience visuelle et veillent à ce qu’elles puissent s’en servir de façon autonome.

Avant le confinement du mois de novembre, un conseiller de la Ligue Braille avait ciblé les besoins de Marina en matière de nouvelles technologies. Son apprentissage débuta par l’utilisation de la synthèse vocale de son smartphone et d’une application qui décrit vocalement ce que capte la caméra. Marina a pu rester en lien avec son groupe d’amies et lire à nouveau le journal de classe de son fils. Et ce n’est que le début !

Emploi

« Dès le début, la Ligue Braille m’a aidée dans les démarches à suivre. Il faut dire que j’ai la chance d’avoir un employeur qui est très proactif en matière d’inclusion. L’association m’a suggéré d’utiliser une canne blanche et je m’en sers pour me rendre au travail. J’étais réticente mais désormais, je l’appelle même mon « bâton de liberté » ! » (Nathalie – 50 ans)

Bien souvent, les personnes aveugles ou malvoyantes doivent déployer des efforts considérables pour décrocher un emploi ou le conserver. C’est pourquoi La Ligue Braille met en place des solutions sur mesure visant à renforcer les compétences des travailleurs avec un handicap visuel et à adapter le poste et l’environnement de travail. Grâce à leur approche multidisciplinaire et personnalisée et à des années d’expérience, les services spécifiques de l’association sont les experts tout désignés pour aider ces personnes à surmonter tous les obstacles dans la recherche et le maintien à l’emploi. Les employeurs ne sont pas oubliés, puisque nos équipes sont toujours prêtes à répondre à leurs questions et à dissiper leurs craintes sur le chemin vers l’inclusion. Parce que ce sont les compétences qui font d’une personne aveugle ou malvoyante un bon employé, pas les différences.

En avril 2020, alors que sa vision s’était subitement détériorée à cause d’un glaucome présent depuis plus de 20 ans, Nathalie a contacté la Ligue Braille. En peu de temps, elle a appris à se déplacer avec une canne blanche et grâce à l’accompagnement de la Ligue Braille, ainsi qu’à la proactivité de son employeur, elle a repris le chemin de l’emploi.

Seniors

« Quand le verdict de la déficience visuelle est tombé, mon monde s’est écroulé. Ce fut extrêmement difficile, mais j’ai décrété que je n’allais pas me laisser aller. Alors, j’ai décidé d’apprendre à nager, parce que cela faisait longtemps que l’idée me trottait dans la tête. En somme, mon conseil, c’est de ne pas se laisser abattre, mais de prendre ses victoires en main. » (Denise – 72 ans)

De nombreuses pathologies visuelles sont liées à l’âge. C’est pourquoi le handicap visuel se manifeste souvent à un âge avancé. De plus, on assiste à une augmentation du nombre de personnes aveugles et malvoyantes, en raison du vieillissement de la population. Plus que les autres, les seniors sont davantage exposés à l’isolement. De nombreuses activités quotidiennes deviennent soudainement un obstacle à surmonter, comme cuisiner, se déplacer… L’acceptation du handicap et l’impact sur la vie quotidienne ne sont pas simples à gérer. La Ligue Braille insiste sur l’importance d’entreprendre les démarches administratives le plus tôt possible, étant donné que l’âge limite pour l’ouverture au droit au remboursement des aides matérielles notamment est fixé à 65 ans. Aussi difficile soit-elle, cette étape est importante pour le confort de vie de la personne avec un handicap visuel. La Ligue Braille offre un soutien pour l’introduction d’une demande d’aide auprès des autorités compétentes.